Compagnie les Vagues Tranquilles2018-11-16T10:47:15+00:00

Project Description

Compagnie les Vagues Tranquilles
Réserver

Compagnie les Vagues Tranquilles

Zhuoer Zhu s’est formée à L’Académie Centrale d’Art Dramatique de Pékin, puis à l’Académie d’Art Dramatique de Shanghai. Elle travaille aussi pour le théâtre musical et le théâtre expérimental, en tant qu’assistante à la mise en scène, auteure ou metteur en scène. En France, elle travaille pour des équipes franco-chinoises dans différents domaines culturels ; cinéma, télévision ou même dans l’édition. En 2012, elle assiste Joël Pommerat autour de la création La Réunification des Deux Corées. A l’issue de cette expérience, elle a créé sa propre compagnie avec deux comédiennes-metteuses en scène.

En juin 2014, elle se voit décerner le Prix domaine français dans le cadre des ‘‘Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre’’ pour sa pièce Une journée chez Fukang ; pièce qui sera bien accueillie dans d’autres lieux.

En octobre 2017, elle est accueillie en résidence d’écriture à la Chartreuse pour Le Point Final avec sa co-auteure Ariane Boumendil.

Représentation

UNE JOURNÉE CHEZ FUKANG - Théâtre

Le 12 décembre à 20h00, au IOOecs.

Chaque année en Chine, des milliers et des milliers de jeunes des campagnes viennent dans les mégalopoles pour réaliser leurs rêves. Certains réussissent, d’autres échouent, d’autres encore abandonnent ou perdent la vie. Foxconn est le plus grand sous-traitant d’Apple en Asie. En 2010, 14 jeunes employés chinois se suicident. Ce qui se passe chez Foxconn reflète les contradictions de la Chine d’aujourd’hui : les problèmes provoqués essentiellement par le processus d’urbanisation et le développement économique.

Parmi les articles que Zhuoer Zhu a lu sur Foxconn, un en particulier a retenu son attention. L’auteur s’est fait passer pour un ouvrier dans une usine pendant 28 jours. Il a constaté les conditions de travail, écouté les conversations des jeunes ouvriers et observé la vie quotidienne dans les dortoirs. Il n’émet pas de jugement, ni de critique. Mais, à travers la neutralité de ce récit, elle a perçu profondément la lutte et l’impuissance de ces ouvriers, leurs désirs et leurs rêves. Son intention principale est donc de raconter une journée dans une usine à travers les yeux d’une personne, comme l’a fait cet article. On peut dire que c’est un morceau de vie brut… C’est un tableau ‘‘fluide’’ de la Chine actuelle, mais qui touche à l’universel.