Alexandre Yterce2018-11-16T10:26:05+00:00

Project Description

Alexandre Yterce
Réserver

Alexandre Yterce

Après une formation de percussionniste, Alexandre Yterce est un compositeur indépendant. Il réalise en 1988 ses premières pièces de musique concrète et fonde en 1989 sa première compagnie avec laquelle il donne des actions scéniques, des performances où interprètes, acteurs, danseurs réagissent à diverses combinaisons instrumentales, électroacoustiques et vidéographiques.

Sa création s’étend aussi aux domaines des arts plastiques et du cinéma. En 1999, il fait paraître le premier numéro de la Revue-Disque LICENCES (Musique, Art, Littérature), ainsi que le Livre-Disque SONOPSYS, série de monographies consacrées aux compositeurs de musique électroacoustique. Il fonde à Paris, en 2000, le Festival annuel LICENCES ‘‘Brûlures des Langues’’, lieu de création où se rencontrent les musiques acousmatique et électronique, la poésie sonore, le théâtre musical et le cinéma expérimental.

Représentation

LES FORCES IMPURES DE LA MUSIQUE - Concert
Le 17 décembre à 19h30, au Conservatoire Paul Dukas.

PROGRAMME :
19h30 I Concert d’ouverture
Alexandre Yterce : Missa Terribilis. 1988-1989. 37’35’’
20h30 I Concert hommage à Pierre HENRY
Pierre Henry : ‘‘Labyrinthe !’’, Commande de Radio France
Créée le 29 mars 2003, salle Olivier Messiaen de Radio France
2003 – version courte 30’
21h30 I Concert nocturne
Alexandre Yterce : Commencements 1990 & 1999 I 40’
Alexandre Yterce : Métamorphoses I & II. 2016 I 3’33 & 3’15

Son Ré

Hommage à Pierre Henry par Alexandre Yterce, inventée par Pierre Schaeffer en 1948, la Musique électroacoustique dite aujourd’hui Acousmatique est une création qui utilise toutes les formes de sources sonores, qu’elles soient émises par des instruments, des lutheries électroniques, des sons issus de la nature et de notre environnement, ainsi que par toutes sortes de bruits captés ou fabriqués par le compositeur. Ces sources sonores sont ensuite retravaillées en studio pour devenir par leur manipulation, une œuvre originale, qui, enregistrée sur un support définitif (bande magnétique, fichier numérique) sera diffusée en concert par un interprète sur un ‘‘acousmonium’’, orchestre de haut-parleurs environnant l’auditeur.

Il y a très peu d’artistes, de créateurs, même si une asphyxie culturelle nous fait croire le contraire. Exprimer ses frustrations, ses tics d’amertume, sa misère sexuelle n’est pas de l’art. La création d’une œuvre nécessite une grande connaissance du vivant et une construction de soi où l’on atteint à la singularité par une existence en révolte totale contre les goûts et les dégoûts d’un monde balisé par le mépris et la mort.